Déconfinement = Et si nos intestins avaient un rôle à jouer ?

3 juin 2020 | Conseil du Mois

Nous venons de traverser une période tout à fait particulière. 

Bien sûr tout le monde n’a pas eu les mêmes conditions de vie pendant ce confinement. Mais tous, nous avons vécu un stress, ne serait-ce que d’adaptation à la situation inédite, accompagné ou non d’angoisse, d’inquiétude, de lutte contre le virus, de séparation voire de deuil. Certains se sont retrouvés désœuvrés, d’autres ont croulé sous le télétravail couplé à la scolarisation à domicile. 

Quoiqu’il en soit, tout cela a mis nos organismes à rude épreuve et a épuisé nos systèmes de défense.

Prise de poids pour certains, troubles de la digestion pour d’autres, fatigue inexplicable, troubles du sommeil, fragilité psychologique (comme une émotivité soudaine et surprenante par exemple) parfois troubles psychiques pouvant aller jusqu’au syndrome du confinement (appelé aussi syndrome de la cabane ou syndrome du prisonnier) qui rend la sortie du domicile très angoissante, etc. 

Le ventre, notre deuxième cerveau.

Le dialogue entre nos intestins et notre cerveau est un axe majeur du maintien de l’équilibre de tous nos systèmes. Les signaux envoyés utilisent quatre voies : la voie nerveuse, la voie sanguine, la voie endocrinienne (nos hormones) et la voie immunitaire (nos capacités de défenses contre les agressions extérieures). Ces signaux sont émis grâces aux bactéries intestinales qui composent notre microbiote (appelé auparavant flore intestinale).

La qualité de ce microbiote influe donc sur la communication entre l’intestin et le cerveau. L’interaction entre le microbiote et l’immunité intestinale (70% de notre système immunitaire se situe là) ont un impact majeur sur de nombreuses fonctions (fonctions pancréatiques, cardio- vasculaires, réponse immunitaire pulmonaire, etc.) 

Toutes ces fonctions ont été fortement sollicitées ces derniers mois, que nous nous en soyons aperçus ou non. En effet, que nous l’ayons vécu sereinement ou non, la période que nous venons de traverser, tellement pleine de nouveautés et d’incertitudes nous a mis en situation de stress. 

Comment réagissons nous face au stress ?

En mettant en jeu nos capacités d’adaptation. La première consigne d’adaptation est de respecter l’horloge biologique, c’est à dire notre rythme sur 24h avec les besoins physiologiques en la matière. Or certains d’entre nous ont connu un retour au rythme naturel, d’autres à l’inverse se sont totalement décalés . Quoiqu’il en soit nous avons modifié nos rythmes. 

Quelques repères : 

  • rythme de sécrétion des hormones : 
    • pic de dopamine vers 8h le matin 
    • pic d’hormones thyroïdiennes le matin 
    • pic de cortisol vers 8h le matin, puis baisse massive vers 21h, taux au plus bas vers 2h du matin 
    • Pic de testostérone vers 9h du matin 
    • Sécrétion de sérotonine à partir de 17h (besoin de sucre) 
    • sécrétion de mélatonine à partir de 21h, Pic vers 2h du matin 
  • rythmes de sommeil : plus le sommeil est réparateur, plus nos capacités d’adaptation dans la journée sont bonnes 
    • Pendant le sommeil, notre guérisseur intérieur se met en marche (réparation cellulaire, détoxination rénale et hépatique, etc.) 
    • besoins : entre 6h et 9h de sommeil selon les individus et l’âge 
    • coucher au plus tard vers 23h. Toutes les heures avant 0h00 sont plus réparatrices 
    • nécessité de s’endormir après avoir totalement fini la digestion. Le corps ne peut digérer et réparer en même temps 
  • horaires des repas 
    • plus ils sont réguliers, mieux c’est pour l’organisme 
    • le microbiote a besoin de repos entre 19h et 7h du matin, 
    • donc plus le diner est tôt, mieux c’est 
    • la collation de 16h (le gouter de 4h) est excellent pour la santé et permet de diner léger 
  • Etc.

Face à un stress lié à un événement imprévu, voire inconnu : nous mettons en jeu une série d’actions modulées par des hormones différentes selon les phases et qui s’appelle le syndrome d’adaptation. (phase d’alarme, phase de résistance, phase d’épuisement) Quelques repères

  • phase d’alarme : Pics d’adrénaline et utilisation massive de magnésium. (mise en place de toute une série de mesures pour adapter la vie familiale et professionnelle) 

→ Conséquence : l’adrénaline réduit la réponse immunitaire 

  • phase de résistance : Augmentation du cortisol, pic de sérotonine suivi d’une chute brutale, baisse de l’adrénaline, de la dopamine et de la DHEA. Baisse du taux de magnésium. (confinement = stress durable par excellence pouvant entraîner une phase de résistance) 

Conséquence : 1- augmentation de l’inflammation et baisse de la réponse immunitaire. 2- Irritabilité, comportement hostile, voire agressif. 

  • phase d’épuisement : pic de cortisol suivi aussitôt d’une chute brutale, poursuite de la baisse des autres hormones et du magnésium. Baisse également de la mélatonine, d’où les problèmes de sommeil. Remontée légère de la sérotonine. (certains, déjà proche de l’épuisement avant le confinement peuvent avoir atteint cette phase) 

Conséquence : 1-Forte augmentation des cytokines produites par les cellules immunitaires, même en l’absence d’agent pathogène. En cas d’infection, ces personnes là sont d’autant plus exposés au fameux « orage cytokinique ». 2- Déséquilibre du Rapport Cortisol/DHEA avec risque de décompensation psychique (burn out) . 

Conclusion 

Il convient donc de veiller aujourd’hui, pour reprendre des forces et de l’équilibre : 

  • au bon fonctionnement de nos intestins, à la qualité de notre microbiote, 
  • au bon équilibre de nos besoins nutritionnels accrus (nutriments de nos hormones et neurotransmetteurs, vitamines, minéraux, acides gras essentiels, acides aminés etc. ). 
  • faciliter l’adaptation au stress 
  • retrouver un sommeil réparateur 

La naturopathie est une solution holistique intéressante dans ce cas. Elle va en effet prendre en compte la globalité de la situation, et tenter de faire des passerelles entre les différents troubles éventuels. Que ce soit pour retrouver un sommeil réparateur, perdre les kilos superflus , ou simplement retrouver de la force et de la vitalité, je vous propose de vous accompagner à faire le point sur votre situation, à prendre en main votre santé afin d’aborder l’été en toute sérénité. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *